CV et références

Mon métier

ACTE I

Moi
Je suis écrivain public.
Sceptique 1
Ah, et vous écrivez quoi au juste ?
Moi
Je suis un professionnel de l’écriture. Je relis, corrige,
réécris, rédige, traduissaisis, classe et transcris tous vos
documents, que vous soyez un particulier, une entreprise,
une association ou une collectivité locale…
et je vous apprends à le faire.
Sceptique 2
Je croyais que ce métier n’existait plus. De nos jours, on
se téléphone et on s’envoie des emails. On ne s’écrit plus.
Moi
Il est vrai que l’on ne s’écrit plus de longues lettres
quotidiennes pour se dire qu’on se manque et se
raconter nos journées. Mais ça ne veut pas dire
que l’écrit a disparu de nos vies. Au contraire,
il est au centre de notre société.
Avez-vous déjà tenté de vous abstenir d’utiliser
l’écrit pendant toute une journée ?
Sortez dans la rue, mais ne lisez aucun des supports
publicitaires devant lesquels vous passez.
Allez faire vos courses, mais ne lisez aucune
des étiquettes sur les produits.
Ne lisez plus le journal. N’allumez plus votre ordinateur.
N’ouvrez plus un livre. N’envoyez plus de carte postale
ni de faire-part de naissance ou de carte de vœux.
Et, pire encore !
Ne candidatez pas au poste de vos rêves,
ne remplissez plus votre déclaration d’impôts,
ne complétez pas vos divers dossiers
et n’envoyez pas la lettre recommandée
pour résilier votre abonnement !
Que se passerait-il si vous décidiez de suivre
ces commandements ?
Eh bien… vous auriez des problèmes à coup sûr !
Alors, vous voyez bien que l’écrit
est partout autour de nous.
À l’école, au travail, à la maison, en vacances,
où que nous soyons nous écrivons.
Ce n’est pas pour autant que tout le monde
aime écrire, sait le faire et en a le temps.
Sceptique 2
Ce métier consiste-t-il seulement à réaliser
des documents administratifs et professionnels ?
Moi
C’est ce qui le rend unique et si intéressant :
l’écrivain public est avant tout un écrivain !
C’est pourquoi je prête ma plume à ceux qui
souhaitent transmettre leur expérience et
leur mémoire à travers de livre de leur vie.
Je prends le temps nécessaire pour
écouter leur histoire, transcrire leur parole
en conservant toujours leurs mots pour qu’ils
retrouvent leur propre voix dans le texte
et je réalise la publication du volume.
En fin de compte, un écrivain public met au service
de ses semblables ses compétences, son expérience
et son goût naturel pour l’écriture.
Sceptique 1
Dites-moi, Sandrine, comment pouvons-nous nous
assurer que vous possédez bien toutes ces qualités ?
Moi
En lisant la colonne de droite !

ENTRACTE

Mon parcours

ACTE II

Sceptique 1
Ainsi vous prétendez maîtriser les subtilités
de la langue française ! Et par quel miracle
cela est-il donc bien possible ?
Moi
C’est grâce à l’école ! Il faut avouer que je l’ai
fréquentée suffisamment longtemps pour avoir acquis
de solides connaissances théoriques et pratiques.
Jugez plutôt : après avoir eu le baccalauréat littéraire
avec mention, j’ai obtenu une licence de lettres modernes
à l’Université d’Avignon, puis un master de
littérature française à l’Université de Provence et
l’agrément de l’Académie des Ecrivains publics de France.
D’ailleurs, je vais toujours à l’école, mais maintenant c’est
en tant que professeur de français !
Sceptique 1
Certes, le diplôme est une chose importante,
néanmoins l’expérience demeure indispensable.
Moi
C’est aussi mon avis ! Tranquillisez-vous donc sur ce point
car, au cours de mes études supérieures, j’ai eu l’occasion
d’expérimenter tous les genres d’écriture : narrative,
dialogique, descriptive, épistolaire, (auto)biographique,
journalistique, scientifique, administrative…
Pour vous en donner un aperçu, j’ai réalisé un corpus de
divers textes rédigés par ma main, que vous pouvez
consulter sur simple demande. En outre, je suis l’auteur
des Chroniques linguistiques, recueil de points de
grammaire à l’usage des professionnels de l’écrit.
Sceptique 1
Cela est fort bien, mais êtes-vous capable d’écrire
dans un français correct, plus ou moins soutenu,
et bien orthographié ?
Moi
Durant mon cursus universitaire, j’ai suivi des
enseignements de grammaire, stylistique, linguistique,
ancien français, latin, phonétique et phonologie,
qui m’ont permis de comprendre les règles
du fonctionnement interne de la langue.
De plus, j’ai passé avec succès la Certification Voltaire
qui atteste de mon niveau d’experte en orthographe.
Je suis donc désormais à même d’éviter
les nombreux pièges de la « langue de Molière ».
Sceptique 1
Non contente de vous en tenir à celle de Molière,
il semblerait, qui plus est, que vous traduisiez
aussi la langue de Shakespeare et celle de Pétrarque !
Moi
C’est exact. J’ai fait mes armes sur les textes classiques
des littératures anglo-saxonne et italienne tout en
nuances, connotations et mêlant les registres de langue.
Or l’anglais et l’italien courants ne
comportent pas autant de difficultés.
Sceptique 2
Vous êtes donc le Cyrano de Bergerac de nos courriers !
Moi
Je ne suis pas sûre que vous apprécieriez beaucoup
que votre Roxane tombe amoureuse de moi !

FIN

Mes coordonnées

ÉPILOGUE

Chers lecteurs,
Si mon petit scénario vous a mis en appétit, vous trouverez certaines de mes productions sur ce lien. Si vous êtes d’ores et déjà convaincus de mes compétences rédactionnelles et que vous souhaitez faire appel à mes services, n’hésitez pas à me contacter. J’examinerai votre projet d’écriture dans les plus brefs délais et vous soumettrai un devis gratuit que vous serez libres d’accepter ou non.

Vous pouvez joindre Sandrine Chevillon alias Prose pour vous par :

– tél. : 06 37 22 79 88.

– mail : contact@prosepourvous.com

– ou en prenant contact ici.